Les symptômes de la sclérose en plaques : que sont-ils ?

La sclérose en plaques peut s’exprimer de différentes manières selon les personnes et la localisation de l’attaque de la myéline dans le cerveau et/ou la moelle épinière.

Citons les symptômes suivants : fatigue chronique, douleurs, troubles visuels, troubles urinaires, troubles sensitifs, lenteur du transit intestinal, troubles cognitifs (altération de la mémoire et de la concentration), des troubles moteurs (faiblesse musculaire, problèmes de coordination), des troubles de l’équilibre etc.

 

La fatigue chronique 

Pour certains SEPiens, la fatigue est une « compagne permanente » envahissante.

Cet épuisement permanent peut réellement pourrir la vie, d’autant plus que personne ne la comprend, que ce soit dans l’entourage du malade ou même parmi le corps médical, ce qui peut conduire à culpabiliser d’être malade !

La fatigue peut avoir des répercussions dangereuses, telles que la somnolence et l’irritabilité.

 

Les douleurs d’origine neuropathique

De telles douleurs ne se soignent pas à coup de simples antalgiques !

Ici on parle de douleurs de type impression de ruissellement ou de brûlures dans les membres inférieurs ou supérieurs. Pour certaines personnes il peut s’agir d’un orteil du pied qui vient chaque soir nous « titiller » ! Cela peut vous sembler « rien » mais en réalité c’est un peu comme marcher avec un caillou pointu dans la chaussure !

En période de poussée de sclérose en plaques les douleurs sont ravivées ! Moi j’avais des sensations d’électricité dans les jambes ou comme si j’avais de l’eau glacée qui coulait au niveau des genoux ! Le pire c’est quand ces troubles de la sensibilité arrivent ou s’accentuent au moment du coucher : impossible de trouver le repos !

Les neurologues sont obligés d’avoir recours à des médicaments qui peuvent avoir pour conséquence de nous rendre complètement somnolents !

Pour ma part, j’ai préféré remplacer les médoc par des séances de massages 🙂 Mais ça ne dure que le temps de la séance .. sauf une fois après avoir expérimenté un massage ayurvédique à 4 mains : « le pied » !! :)) Je vous le conseille !! Je m’étais sentie détendue pour toute la journée et le soir je m’étais endormie comme un bébé !

 

Les troubles visuels

Névrite optique, baisse de l’acuité visuelle, vision double … d’un seul oeil.

Troubles visuels souvent accompagnés de douleurs au niveau du globe oculaire.

Ce type de poussées nécessite souvent le recours à des « bolus de cortisone ».

 

Les troubles urinaires

Les troubles urinaires dans la SEP sont généralement de deux types : incontinence ou bien rétention urinaire. Moi j’ai connu les deux ! Avec le temps, j’ai appris à gérer mes troubles urinaires.

Au début, lors de poussées je devenais incontinente ! Maintenant ma « vessie neurologique de lutte » (qui s’épaissit à force de se contracter. A ce que j’ai compris la vessie qui est un muscle va avoir tendance à se contracter très souvent et avoir du mal à se détendre pour laisser sortir les urines.

 

Les troubles cognitifs

Ce genre de troubles n’étaient pas bien reconnus, tout comme la fatigue chronique, signes que j’ai développé au début de la maladie ! Troubles de la mémoire, difficultés attentionnelles et de concentration.

 

Les troubles sensitifs

Il s’agit de ressentir des « choses étranges » parfois, comme de ne plus sentir la peau de son abdomen !

Il y a aussi l’impression de fourmillements dans les jambes et pieds

 

Et vous ? Quels sont les principaux symptômes que vous ressentez, en permanence ou que pendant une poussée de la maladie ?

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *